Tomate

Production mondiale de tomate destinée à la transformation 

La production mondiale de tomate destinée à la transformation se concentre essentiellement sur trois grands bassins :

  • AMITOM : Bassin « méditerranéen », Italie, Portugal, Espagne, Grèce, Turquie, Tunisie, Iran, etc.
  •  ALENA : Californie et autres états US, Canada, Mexique 
  • Chine et autres pays de l’hémisphère nord

Les plus grands pays transformateurs de tomates sont les USA (Californie), la Chine et l’Italie avec 58 % des quantités globales et sont suivis par l’Espagne, Turquie, Iran, Portugal, Brésil, la Tunisie et quelques autres avec moins de 24 % du total.

En termes de production, les quantités mondiales demeurent fluctuantes enregistrant des pics de surproduction en 1991, 1996 et 2002. En 2019 la production était de l’ordre de 37 400 mille tonnes. Les rendements agricoles moyens ont progressé d’environ 60% en 20 ans allant de 52 t/ha en 1997 à 83 t/ha en 2017.

Importance de la culture de tomate destinée à la transformation en Tunisie

En Tunisie, la culture de tomate destinée à la transformation compte plus de 10 000 producteurs cultivant une superficie d’environ 18 000 ha (moyenne des dix dernières années). La production moyenne de tomate de saison est de l’ordre d’un million de tonnes (avec un record en 2015 avec plus de 1,2 million de tonnes).

Les principales régions de production de tomate industrielle en Tunisie :

  • Le Cap Bon : région située au Nord-Est de la Tunisie : première zone de production avec 32% de la superficie totale en 2019.
  • La région du centre de la Tunisie avec 14% de la superficie totale en 2019
  • La région du Nord-Ouest de la Tunisie avec 10% de la superficie totale en 2019.

Concentré de tomate

En Tunisie, la transformation des tomates est une activité de longue date avec l’implantation de la première usine en 1903. Depuis, cette filière a connu une importante évolution atteignant l’implantation de 42 usines sur le territoire tunisien dans les années 90.

La production de double concentré de tomate demeure l’activité dominante dans la filière de transformation des tomates. Actuellement, cette activité est assurée par 26 unités industrielles. Toujours en quête d’améliorer la qualité de leurs produits, et dans le but de faire face aux mutations que connait le secteur, la plupart de ces usines ont investi dans la modernisation, l’augmentation de la capacité de leur production de Double Concentré de Tomates (DCT) ainsi que dans l’instauration des systèmes de management de la qualité. A titre d’exemple, sept industriels ont mis en place des lignes de remplissage aseptique pour une capacité journalière de l’équivalent de 5 mille tonnes de tomates fraîches. 65% des conserveries de tomate (17 unités) sont certifiées ISO 9001 et/ou ISO 22000.

En termes de production, la Tunisie a traité en moyenne (au cours des dix dernières années) 750 000 tonnes de tomates fraîches par an et a produit en moyenne l’équivalent de 120 000 tonnes de double concentré de tomate « DCT » destinés principalement à satisfaire les besoins du marché local qui consomme près de 100 000 tonnes/an. La capacité journalière de transformation est de l’ordre de 35 000 tonnes de tomates fraîches par jour. Avec une telle production la Tunisie fait partie des 10 premiers pays producteurs de DCT dans le monde et le bassin méditerranéen et le premier pays du continent africain. 

Concernant l’exportation, elle est essentiellement destinée vers le marché libyen et en moindre quantité vers d’autres destinations européennes et africaines.

Au cours des 10 dernières années, le volume moyen des exportations est de l’ordre de 13 000 tonnes de DCT/an.

En terme de consommation du DCT, la Tunisie occupe la première place à l’échelle mondiale avec une consommation moyenne (En équivalent de tomate fraîche) de l’ordre de 55 kg/an/hab. la même consommation ne dépasse pas 35 kg aux USA et 24 kg en Italie.

Le concentré de tomate est conditionné en boites métalliques ou en sacs aseptiques.

Le graphique suivant représente les proportions moyennes de chaque type de conditionnement au cours des cinq dernières campagnes (2014-2018) :